« la parenthèse », un rêve à concrétiser

Il y a 5 ans, non maintenant cela va faire 6 ans que je vis, que j’ai été mise au monde. J’ai vu le jour j’ai fait mes premiers balbutiements, mes premiers pas maintenant je me tiens debout et je marche, seule enfin presque !

Mes parents sont un peu particuliers elles sont deux, pas toutes jeunes pour des primipares. Il faut dire qu’elles ont réfléchi avant de me mettre au monde et quand dans leur tête et dans leur coeur ça été prêt voilà elles ont décidé de me donner Vie. Les premières années ont été merveilleuses pleines de nouveautés, de rencontres, de dynamisme…. mais voilà, les années passent, la folie de la première rencontre s’émousse un peu (paraît que c’est normal) alors je ne vais pas en faire un fromage ! Mais quand même je veux vous dire et là vraiment je ne veux surtout pas me plaindre car il y a des gens qui sont moins bien lotis que moi…. mais quand même je vous dis. Cela me peine de voir mes deux génitrices s’éreinter, tirer, pousser, retenir les chaises où ont pris place des hôtes qui sont venus habiter chez moi. L’hiver chez moi c’est un peu froid et savez-vous que ces jeunes comme ils disent sont habillés presque dans le corridor à la sortie de leur bain, en tout cas moi quand je sors de mon bain j’aime avoir chaud, j’aime pas les courants d’air. Et l’été, là il fait chaud alors j’aime bien laisser la fenêtre ouverte pour sentir la brise légère, écouter les vagues et le chant des habitants du lac. Ces bruits sont doux à mes oreilles, ils font partie de la vie… C’est la Vie ! Mais j’ai peur quand tout à coup j’entends des éclats de voix, des rires, des jeunes jambes qui courent au-dessus de ma tête car alors mes hôtes qui essaient de dormir risquent de se crisper très très fort et faire comme « ils disent » des crises d’épilepsie et alors j’ai mal pour eux ! Les accès… Il y a les accès de toux, les accès de fièvre, les accès de bonnes intentions mais là moi je vous parle des accès du mot qui veut dire accéder à un lieu, accéder : arriver à…. Je m’aime bien comme je suis. J’aime voir le lac, j’aime voir les baignades et les promenades. J’aime voir les gens pique-niquer au bord de l’eau mais quand je vois mes deux génitrices monter et descendre le raidillon avec salades, viande, grille, bouée, linge de bain sans oublier les « hôtes » comme ils disent et bien moi je trouve pas ça drôle.

Alors je rêve d’une maison pas nécessairement grande, pas nécessairement de style si ce n’est le style de vie qui est à l’intérieur. Je la rêve sans escaliers avec des grandes portes des grandes baies vitrées qui verraient le lac et le soleil couchant. Une maison où chacun aurai sa chambre où si parfois il « tombe » en même temps que son copain il pourrai quand même la partager avec lui ainsi le soir quand la veilleuse croit qu’ils dorment ces deux là se racontent des bonnes blagues dont ils seront seuls à en rire…. Je rêve de pouvoir offrir une salle de bain d’où ils en sortiraient beau comme un sou neuf mais surtout plein de chaleur dans leur corps.  Et j’y pense, une salle de jeux, où ils pourraient monter leur train ou regarder la TV, jouer au Uno il y a tant de choses à faire dans ma Maison. Nous sommes dans les périodes Zen alors s’il y avait quelques mètres carrés de trop c’est d’un bon œil que je verrai une salle couleur pastel où les « hôtes » pourraient détendre leur corps ankylosés d’être rester trop longtemps assis, apaiser leur souffrance et se réapproprier leur corps par des massages, des soins de détente. On m’a dit que le rêve ne faisait de mal à personne et là je peux confirmer car en écrivant ce rêve je me suis sentie tellement bien que je laisse mon rêve au fond de moi prendre forme et devenir HOME.

Marie-Hélène

Quelques témoignages:

Voilà, il y a 2 ans, dans mes activités de référent dans le cadre des soins à domicile, on m’a demandé de trouver un lieu de vacances pour ma cliente.

Je trouve l’adresse de « la parenthèse ». Ça a l’air intéressant. Allez, j’essaie et je téléphone. Super, c’est possible et Carole peut aller en vacances !

Lire la suite...

conception: bebold